Portraits d’écolos imparfait(e)s n ͦ 40 : Amélie Côté

Dernière mise à jour : 30/11/2017

Comme vous le savez peut-être déjà, nous sommes en plein dans la Semaine québécoise de réduction des déchets. Pour le portrait du mois d’octobre, j’ai donc pensé faire comme l’an dernier et vous présenter la personne qui coordonne l’évènement cette année : Amélie Côté. Vous la connaissez probablement déjà pour son blogue Bric à Bacs. Elle réside à Montréal, dans l’arrondissement de Rosement-La-Petite-Patrie. 🙂

Amélie.

Qu’est-ce qui te motive à agir contre les changements climatiques?

Vivre en cohérence avec mes valeurs.

Ton défi personnel (du moment ou à long terme)?

Mon défi personnel, c’est de mettre de l’avant des personnes ainsi que des projets porteurs pour contribuer à ma manière au rayonnement positif des initiatives qui se développent partout sur la planète, et particulièrement au Québec.

Il y a beaucoup d’informations qui circulent à propos de la gestion des matières résiduelles, de l’obsolescence (programmée ou non) et des enjeux environnementaux en général. Il arrive souvent qu’elles soient dé-mobilisantes, car on parle beaucoup de ce qui va mal (et ne nous cachons pas la tête dans le sable, la situation est loin d’être géniale). Pour motiver des gens à adopter de nouvelles habitudes et à se soucier davantage de l’impact de leur mode de vie, je suis profondément convaincue que cela prend des exemples positifs et inspirants.

Qui t’inspire (personne(s) et/ou projet(s) écolos)?

Annie Leonard et son projet Story of Stuff m’inspirent beaucoup.

Il y a aussi tout le mouvement des villes en transition, qui propose des solutions collectives pour réduire l’empreinte carbone à l’échelle locale. C’est concret et c’est aussi une voie très prometteuse pour renouer le tissu social tellement nécessaire pour coconstruire une société plus respectueuse de l’environnement.

Quel est ton plus grand obstacle à ce jour?

Le nombre d’heures dans une journée! Il y a tellement de projets intéressants dans lesquels s’impliquer… Plus sérieusement, pour tendre vers un mode de vie plus carboneutre, je crois qu’il est nécessaire de ralentir à tous les niveaux, mais j’ai du mal à mettre en application cette décélération pour l’instant!

Et ta plus grande fierté/réussite à ce jour?

J’ai quitté le ministère de l’Environnement (ou le MDDELCC) pour me lancer à mon compte et travailler au quotidien à accompagner des organisations qui souhaitent améliorer leur gestion des matières résiduelles. Je suis fière de pouvoir travailler dans un domaine qui me passionne et qui a un impact positif sur l’environnement.

Je suis aussi fière de coordonner cette année la Semaine québécoise de réduction des déchets! D’ailleurs, les lectrices et lecteurs sont invité(e)s à participer au Défi citoyen du 21 au 29 octobre. [Voir les détails] sur l’évènement Facebook!

À ton avis, pourquoi est-il important de protéger l’environnement?

C’est une évidence que notre mode de vie actuel n’est pas soutenable et que de profonds changements doivent être mis en place pour réduire notre empreinte environnementale.

Qu’est-ce qui fait de toi une écolo imparfaite / qu’est-ce que tu pourrais améliorer?

Plusieurs choses! Je n’ai pas encore intégré quelques habitudes qui me permettraient de réduire mes déchets, notamment le cannage de légumes de saison et l’achat en vrac de protéines végétales.

Où peut-on te suivre dans tes démarches?

Sur mon blogue : bricabacs.com

***

Vous voulez aussi participer au projet? Tous les détails sont par ici!

Commentaires ou question?

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *