Bientôt la rentrée pour Écolo imparfaite?

Le 3 juin dernier, j’ai commencé la rédaction d’un article qui commençait comme suit : «Pour celles et ceux qui ne l’auraient pas encore remarqué ou compris, je change tout le temps d’idée. Croyez-moi, je suis la première à me taper sur les nerfs! Je dois juste accepter que j’suis de même et arrêter de me sentir mal pour ça. Eh oui : I’m back! »

Eh ben guess what : au début du mois d’août, j’ai remis cette décision en doute. Belle démonstration de ma constante confusion quant à ce que j’ai envie de faire, hein?

J’ai attendu beaucoup plus longtemps que prévu avant de donner de mes nouvelles, mais en voici enfin pour les intéressé(e)s. J’espère que je radote pas trop de choses; j’ai beau avoir relu cet article-ci et le précédent pour éviter que ça arrive, j’ai vraiment pas beaucoup de concentration dernièrement. 🤷‍

Résumé des derniers mois

Au moment de l’écriture de ces lignes, je recommençais à peine à être active sur le compte Instagram du blogue. J’avais, après ma pause de réseaux sociaux au mois d’avril dernier, finalement un semblant de retour de motivation pour écrire des articles et ce qui vient avec. Mais ça n’a pas été long avant que toutes mes inquiétudes et réflexions qui ont fait en sorte que je prenne une vraie pause refassent surface.

Depuis le mois d’octobre dernier (si ma mémoire est bonne), les problèmes de santé se sont enchaînés au point où j’ai ressenti le besoin d’aller en clinique en juin (fun fact : je demande de l’aide très difficilement…). Il faut savoir que je ne suis normalement jamais malade, sauf une semaine dans l’année, pis c’est juste un mix de toux et rhume.

Après plusieurs visites à la clinique avec trois médecins différents depuis la mi-juin, le diagnostic est le suivant : burnout avec symptômes anxio-dépressifs. Ça, je l’ai su à la mi-juillet, bien après avoir pris une pause ici. Ça veut dire qu’en fait, je n’ai pas vraiment passé le flambeau avant de me brûler : j’étais probablement déjà en burnout, j’ai juste craqué « pour vrai » en juin. Je me mettais beaucoup de pression pour mes projets en plus de mon travail qui était trop exigeant physiquement pour moi.

J’ai hésité à en parler ici, mais je préfère être honnête sur ce qui s’est passé ces derniers mois et les raisons derrière ma pause (ce que j’ai publié était vrai, selon ce que je savais et comment je me sentais, à ce moment-là).

J’ai au moins eu une bonne nouvelle parmi toutes ces rencontres médicales : je n’ai aucune carence nutritionnelle, et ce, avec une alimentation végétalienne (et majoritairement zéro déchet) depuis 6 ans! Et j’ai pas fait d’effort particulier, sauf pour la vitamine B12.

Un défi n'en est jamais vraiment un si t'as pas un calendrier pour faire des p'tits « X ». ;)
Suivi de ma pause de réseaux sociaux en avril dernier.

Laisser la place à la relève?

Cette année, j’ai passé tout droit le 6e anniversaire de l’ouverture du blogue, soit le 31 juillet dernier. Je ne m’en suis rendu compte que le 5 août. Comme quoi j’avais pas la tête à bloguer.

Le mode de vie zéro déchet est aujourd’hui mainstream, apportant son lot de nouvelles blogueuses et influenceuses écolos dans la dernière année (également un constat de Cindy de Tendance radis). Je l’ai déjà dit, mais je sens que j’ai fait le tour du sujet et d’être rendue ailleurs dans mon implication et qu’il y a assez de relève en ce moment pour pouvoir prendre mes distances. J’ai pavé une partie du chemin, les autres peuvent bien prendre la relève, right?

Réseaux sociaux

D’ailleurs, quand je vais sur Instagram avec le compte du blogue, j’ai l’impression de toujours voir la même chose, le même genre de photos et le même genre de descriptions. C’est pas que c’est mal, c’est juste que personnellement, j’apprends rien et je ne sais plus quoi partager sur une base régulière parce que la grande majorité de mes mauvaises habitudes d’un point de vue écolos sont changées depuis longtemps, et que j’ai l’impression d’avoir atteint un certain équilibre entre ce que je peux et ce que je veux faire. Et moi, toujours publier des affaires semblables, ça me tente vraiment pas.

Il y a aussi le côté « esthétique » de plus en plus présent chez les adeptes du zéro déchet sur les réseaux sociaux. Croyez-moi, j’aime les belles choses (je suis artiste dans l’âme, hein). Mais je trouve que ça rend les choses superficielles. Je ne m’identifie pas à ça et j’ai l’impression de faire de moins en moins partie de la gang. Je prends une part de responsabilité pour avoir pris mes distances, mais revenir et reprendre ma place dans le mouvement semble une montagne avec le peu d’énergie que j’ai ces temps-ci.

Marketing d’influence

Et j’ai re-réfléchi au marketing d’influence. Je suis encore tirée entre « ça devrait pas être compatible avec le mouvement écologiste parce que ça influence souvent les gens à consommer, ce qui est à l’opposé de la mission » et « j’ai une assez bonne réputation qui fait que des entreprises me contactent : y’a moyen d’avoir des revenus et d’être moins serrée à la fin du mois ». Mais plus j’attends avant de me décider, plus je risque de perdre « l’influence » que j’ai et monnayer mon travail sera plus ardu. Pis le côté marketing est quelque chose qui ne me vient vraiment pas naturellement.

Ça fait pas si longtemps que j’ai recommencé à être active sur Instagram et depuis la fin du mois d’août, je reçois de plus en plus d’offres de partenariats/produits offerts et je ne sais plus comment gérer ça et je passe beaucoup de temps à peser le pour et le contre de chaque proposition. Surtout que jusqu’à maintenant, c’est que pour des produits gratuits et j’avoue que c’est de moins en moins suffisants pour moi dans le cas de certaines demandes.

Mon but est d’inspirer les gens à changer leurs habitudes, pas les influencer à acheter n’importe quel cossin réutilisable alors qu’on a souvent quelque chose chez soi qui peut remplir parfaitement l’utilité du dit cossin.

Donc…

Il semble que 2019 a décidé de me donner le wake-up call de m’occuper de moi avant le reste, chose que j’ai honnêtement jamais fait. Je travaille fort là-dessus depuis avril, mais c’est pas évident quand t’es habituée de te préoccuper des problèmes des autres (famille, amis, études, boss, planète, animaux) avant les tiens. J’allais mal au point où j’ai dû mettre mon processus d’orientation professionnelle sur pause pendant un mois cet été : trop de sources de stress en même temps, j’ai coupé où je pouvais. Ce qui est ironique considérant que l’orientation est quelque chose que j’ai commencé pour moi.

Reste que je suis extrêmement déchirée entre mon envie de revenir à la charge et sensibiliser le plus de personnes possible et mon envie de garder mes habitudes sans trop en parler et mettre mon énergie ailleurs. Parce que revenir me demandera beaucoup d’efforts et apporterait son lot de stress auto-infligé, et que de ne plus en parler risque de faire en sorte que je vais constamment me dire que je pourrais en faire plus.

C’est hyper difficile de décider entre mettre fin ou non à un projet auquel j’ai dédié des centaines d’heures et qui m’a aidé à me lever certains matins où j’avais l’impression d’être inutile parce que j’arrivais pas à me trouver une job, même comme caissière dans une épicerie à grande surface.

Un blogue, c’est beaucoup de travail et je ne sais pas si j’ai encore la drive de faire rouler celui-ci.

Si vous pensez que j’ai encore quelque chose à apporter dans le mouvement écolo, c’est le temps de le dire. Parce que si y’a un moment où j’ai besoin de feedback pour trancher, c’est ben maintenant. J’ai pas envie de me répéter et de juste repartager de vieux articles. Tant qu’à faire ça, je préfère arrêter.

Je pense que je vais trop mal pour prendre une aussi grande décision maintenant. Le blogue reste donc encore sur pause. Je veux également reprendre un break des réseaux sociaux, je sais juste pas quand et pendant combien de temps encore. Contrairement à ma dernière pause, je vais surveiller les commentaires ici. 😉

Bref, j’ai encore plusieurs choses à régler dans ma vie personnelle et professionnelle et je me demande encore quotidiennement quoi faire du blogue. Parce que en ce moment, je ressens le besoin d’avoir un projet, mais je ne sais pas si reprendre Écolo imparfaite est la bonne chose à faire.

J’vais ben finir par me plugger un moment donné. 🤯

À bientôt,

Julie

6 Comments

  1. Naomi 6 octobre 2019 à 21 h 19

    Pour ma part et je ne suis certainement pas la seule j’aime lire de tel texte car c’est la vraie vie ! Je suis tellement sollicité par des super et merveilleux nouveaux produits écolo et fait par des entreprises d’ici en plus !!! Mais au bout du compte toute cette pub me crée de l’anxiété au lieu de m’aider à me prendre en mains avec ma consommation… J’aime vous lire celle qui sont vraie et avoir vos trucs et votre philosophie… Et donc se qui est déjà fait est un outil en soit vraiment précieux et se que tu te sentiras inspirer d’ajouter sera toujours apprécié surtout si ce n’est pas poli et transformée par un filtre instagram 😉 juste un gros merci pour ton implication et toutes ces ressources qui sont gratuites, inépuisables et enrichissante 🌱

    Répondre
  2. valsymet 4 octobre 2019 à 12 h 37

    En effet il y a déjà pas mal de blog et je comprends le besoin de passer a autre chose surtout si tu ne trouve pas de sujets « nouveaux ». Je suis tout à fait d’accord avec le sujet « marketing d’influence ». Quand je vois des comptes sensé écolo me proposant d’acheter plein de choses, perso je me dit « mais en fait ils ont compris de quoi ils parlent ou c’est juste pour se faire des sous? » car en effet c’est contradictoire. J’ai l’impression que ce qui est le plus important maintenant ce n’est pas d’expliquer aux gens comment faire du zéro déchets (car il y a déjà plusieurs blogs dont le tiens). Les gens qui viennent sur ces blogs sont déjà intéressés.
    Le plus important c’est plutôt de faire comprendre aux autres pourquoi ils devraient s’y mettre aussi et de changer la société. Comment?
    Ça je sais pas. En essayant de faire entrer ces sujets hors des « cercles ecolos », en informant sur les problemes écologique avant de rentrer dans le détail, en aidant les gens à avoir un déclic, en proposant des alternatives au gens, comme ouvrir un magasin de vrac-zerodechets, en participant à une association etc. A réfléchir.
    Bien sûr il faut arriver à faire tout ça sans porter tous le poids du monde sur ces épaules pour ne pas craquer. Bon courage.

    Répondre
    1. Écolo imparfaite - Auteure 6 octobre 2019 à 17 h 30

      J’ai commencé un nouveau projet plus artistique et personnel pour m’éloigner un peu de mon cercle écolo, mais en mentionnant Écolo imparfaite à l’occasion. Peut-être que je vais réussir à rejoindre des gens que je n’aurais pas rejoint autrement. 😛

      En ce qui me concerne, je n’ai aucun intérêt à créer une entreprise écolo (que ce soit une épicerie en vrac ou autre) en solo ou en équipe pour la simple raison que je ne me sens pas assez compétente pour le faire. J’ai une certaine fibre entrepreneuriale, mais pas de cette façon-là, et je suis pas certaine que ça aiderait vraiment mon éco-anxiété si l’entreprise ne fonctionne pas. 😅

      Répondre
  3. Juliette 21 septembre 2019 à 13 h 58

    Yo Julie! ET bien et bien, merci pour cette sincérité!
    En tant que blogueuse Zéro Déchet « de la vieille » (2015 – ma vie écolo – remember? :-p) j’ai eu des émotions un peu similaires, concernant l’envie « d’arrêter » le blog et l’idée que cela serait synonyme de FIN/MORT/ECHEC/ABANDON… Alors ça me faisait un peu bader tout ce truc là.. et je ne savais pas me positionner…

    Pour contextualiser, là où j’ai déménagé (en Martinique, French Carribean island) je me suis rendue compte qu’il y avait beaucoup d’actions à mener, sur le terrain, toujours pour la construction d’un monde plus respectueux du vivant. Je suis très active au sein d’un collectif de citoyen, et puis j’ai aussi, comme tu dis, pris du temps pour MOI, appris à me connaître, etc.. (et l’air de rien, il faut du temps pour tout ça!)

    Donc donc, loin de vouloir te donner un « conseil », je te partage mon état d’esprit du moment: avec Audrey (mon acolyte de blog), on a décidé de laisser le blog tel quel (on remarque que les gens lisent encore les articles, donc c cool, notre travail ne sert pas à rien !) mais on investit dedans uniquement quand on en ressens une envie très très forte. Tout cela me permet d’être bcp plus « légère » avec le blog. Il n’est pas mort, mais il se tranforme ! Toute l’énergie que nous y avons mise nous a permis de devenir celles que nous sommes aujourd’hui (Audrey a créé une boutique de vêtement vintage d’occasion, et moi je suis en train de contribuer à la création d’un marché coopératif!) – c’est donc plutôt un très bon signe et une belle création que nous avons fait. Mais aujourd’hui, nos envies sont ailleurs … Et c’est tant mieux, car cela montre que nous évoluons !

    Concernant ta demande à tes lecteurs, je te conseillerai (ouais bon, OK je te donne un conseil :-p) de t’investir dans des activités qui font sens pour TOI même avant tout. Des activités qui te permettent d’évoluer, d’apprendre, de grandir et de te sentir FIERE. Le blog a sans doute été très important dans ta vie, mais ta vie ne s’y résume pas. En tout cas, ce sera toujours un plaisir de suivre ton parcours de loin, même si c’est pour lire un article par an ! 🙂 Groooos bisous 😉 Et j’espère que mon super long commentaire « soi disant je vais pas te donner de conseil, et finalement si » aura un petit écho en toi ! Biizzzz

    Répondre
    1. Écolo imparfaite - Auteure 23 septembre 2019 à 17 h 26

      Salut Juliette! Oui, je me souviens de Ma vie écolo. 😉

      C’est rassurant de savoir que je ne suis pas la seule à passer/être passée par là. J’ai l’impression que je n’arriverai pas à « lâcher » le blogue tant que je n’aurai pas un autre projet ou objectif clair sur lequel travailler. C’est une sorte de peur du vide, je dirais.

      Quelques personnes m’ont suggéré d’avoir un nouveau projet écolo collaboratif. Je révise quelques textes pour un autre blogue (lestrappeus.es) depuis un an, mais je réfléchis à d’autres possibilités… alors on verra!

      Merci pour les conseils et ta réflexion quant à ton blogue. 🙂

      Répondre

Commentaires ou question?

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *