Passer le flambeau avant de se brûler

Tout un titre, hein? Alors, par où commencer…

Le 18 mars dernier, dans mes Stories Instagram, je partageais le fait que j’avais retrouvé une vidéo filmée en mai 2018. Dans cette dernière, j’étais dans le même état d’esprit que je le suis présentement face à mon activisme écolo et ça m’a vraiment troublé.

À l’époque, je trouvais que c’était trop improvisé et mes propos mal formulés, alors j’avais préféré ne pas la mettre en ligne et « dormir là-dessus ». Cette fois, en la réécoutant, j’ai trouvé que, finalement, c’était probablement la meilleure formulation que j’avais faite de mon ressenti et que je pourrais la publier en ajoutant quelques notes et en filmant une courte mise en contexte.

Ben j’ai changé d’idée! #LibraRepresent 😅

À force de me réécouter en faisant le montage, on dirait que plusieurs points se sont clarifiés dans mon esprit. Et comme je m’exprime mieux par écrit, je me suis dit que de partager ce côté plus personnel dans mes démarches vers un mode de vie plus écoresponsable avait plus sa place ici, sur le blogue.

Vous n’avez pas idée du nombre de brouillons derrière ce texte! Y’a sûrement des trucs que j’aurais pu mieux formuler, mais un moment donné ça va faire! 😜

Vouloir aider tout le monde, mais ne pas pouvoir

Quand j’ai commencé à recevoir des demandes pour tester des produits et des services, j’étais flattée que l’on considère mon blogue comme une source crédible et ayant un auditoire intéressant pour une entreprise. Même chose quand on me demandait de partager une campagne de financement pour une nouvelle entreprise écolo (souvent à tendance zéro déchet).

Plus le temps passe et plus ces demandes augmentent, plus je me dis que la game du « marketing d’influence » (parce qu’après plusieurs lectures sur le sujet, il semble que je sois une micro-influenceuse) n’est pas pour moi.

Je pourrais accepter de recevoir gratuitement tous les produits qu’on m’offre sans demander plus et flasher mes cadeaux sur les réseaux sociaux, mais c’est contre mes principes. Si je faisais la promo de toutes les entreprises qui proposent des produits ou des services écologiques qui me contactent, ça reviendrait probablement à l’équivalent d’une job à temps partiel… mais sans faire une cenne* parce que les entreprises et personnes qui me contactent n’ont « pas de budget promo » 99 % du temps. Tsé, si tu te lances en affaire, faut prévoir un minimum de budget promo, m’semble.

J’ai maladroitement essayé de partager mes frustrations à ce sujet, mais peu de temps après je suis tombée sur cet article de Natasha du blogue Échos verts qui l’a fait mieux que moi. Le YouTuber P-L Cloutier l’a aussi fait dans un de ses vlogs (minutes 14:40 à 17:15), et j’avoue que par moment, je suis aussi frustrée que lui face à la situation.

Promouvoir tout le monde sans rien en retour est irréaliste et, au final, je n’ai pas envie que mon blogue devienne une plateforme d’affichage publicitaire.

D’ailleurs, j’ai l’impression que de faire de la pub pour des entreprises proposant des produits réutilisables encourage involontairement le mythe que le mode de vie zéro déchet est dispendieux. Dans mon cas, ça m’a permis d’économiser : comme quoi c’est vraiment une question d’organisation et de savoir comment (ré)utiliser ce qu’on a déjà sous la main.

*Quand je demande à être payée, c’est principalement dans l’optique de payer les frais reliés au blogue (ex. hébergement). Ça fait longtemps que j’ai compris que je ne deviendrai jamais riche avec ce blogue! 😉

#deep

Démotivation

Le côté marketing n’est qu’une des raisons derrière ma démotivation des derniers mois.

Je ne manque pas de motivation à garder mes habitudes écolos. Je me permets un peu plus de lousse, mais c’est rare que j’abuse et que j’achète des trucs suremballés non recyclables.

Par contre, j’ai perdu le réflexe de partager mes petits gestes quotidiens sur les réseaux sociaux; c’est dire à quel point ce sont des habitudes solidement acquises!

Honnêtement, c’est hyper décevant de voir un article sur lequel j’ai travaillé plusieurs heures être peu consulté alors qu’une photo de pot Mason prise en cinq secondes reçoit plus de 100 likes en quelques minutes. Pour être franche, la photo en question était un test que je voulais faire pour vérifier cette impression. Vous aurez compris que la conclusion ne m’a pas ravie.

Même si je suis fière d’avoir réussi à me défaire de mes anciennes habitudes et mentalités, les félicitations que je reçois dernièrement pour vivre ma vie de tous les jours, ça me laisse… indifférente? Je sais vraiment pas c’est quoi le meilleur mot à mettre sur ce sentiment-là.

Ce que je veux dire, c’est que je ne trouve plus ça gratifiant d’être félicitée pour quelque chose qui ne me demande plus d’effort ou presque, alors que certaines choses sur lesquelles je mets beaucoup d’efforts (un article, une vidéo, une toune que j’ai composée, etc.) et pour lesquelles j’aimerais avoir du feedback pour m’améliorer passent inaperçues.

Mon but avec le blogue est de vous aider dans vos propres démarches, mais j’ai tellement rarement de retours/commentaires** (honnêtement, un like sur Facebook ça veut pas dire grand-chose) que parfois je me demande pourquoi je continue : est-ce que j’aide vraiment du monde ou ben j’écris/parle dans le vide?

**En février, j’ai eu deux très beaux commentaires de la part de deux lecteurs (en personne et sur Facebook) qui m’ont vraiiiment fait plaisir! Mais ce sont vraiment des exceptions…


Si vous lisez ce blogue depuis quelques années, vous aurez sûrement remarqué que je suis très active pendant certaines périodes et que je disparais complètement ou presque par la suite. Ces périodes où je suis motivée et inspirée pour le blogue sont de plus en plus courtes et les downs commencent malheureusement à devenir la norme. C’est donc surtout du côté de la sensibilisation, d’être une porte-parole du mouvement écolo au Québec (plus particulièrement le mode de vie zéro déchet, dans mon cas) que ma démotivation se trouve.

J’avoue que je commence à me sentir inutile dans le mouvement. J’essaie de voir quel angle je pourrais prendre pour me différencier des autres, mais je n’arrive pas à mettre le doigt dessus. À moins que vous trouviez déjà que j’ai quelque chose de différent… (je serais curieuse de savoir, parce que je ne le vois pas).

Comme je l’ai glissé à quelques reprises, je sens que j’ai fait le tour des sujets à aborder autour de ma thématique, soit l’écologie au quotidien. C’est vraiment pas tentant de faire des recherches et d’écrire des articles sur des sujets qui ne s’appliquent pas à ma réalité (famille/enfants, jardinage, sport, cosmétiques et produits ménagers maison, etc.). Si c’était ma job, ok. Mais là on parle de mes temps libres.

Les seuls sujets que j’aimerais vraiment aborder sont la colocation et les finances (et la démotivation, ce que je suis en train de cocher à l’instant). Après ça, j’ai l’impression que je n’ai plus vraiment rien de pertinent à partager.

C’est dommage que ce manque d’enthousiasme m’arrive au moment où il semble y avoir le plus d’intérêt pour les questions environnementales. Mais bon, je suis vraiment rendue ailleurs. On peut pas toujours avoir un bon timing!

Écoanxiété

D’abord, j’ai cessé de suivre les actualités environnementales (et les nouvelles de façon générale) parce que ça me déprimait trop (genre ça et ça, qui ne m’a pas échappé). Rester informée était ma principale source d’idées pour le blogue. Je me suis fait croire que je devais me tenir au courant de tout ce qui se passe en environnement parce que je suis une « référence », et je trouvais ça vraiment lourd. Je ne regrette pas du tout cette diète d’information, parce que je n’arrivais plus à suivre sans devenir anxieuse.

D’ailleurs, comme je l’ai mentionné dans mon premier article de 2019, j’essaie vraiment de réduire mon temps d’utilisation des réseaux sociaux depuis quelque temps (j’y travaille encore, mais je vois déjà une certaine amélioration) dans le but d’être moins exposée au fait que, en dehors de ma bulle écolo-végé, bah y’a pas vraiment grand-chose qui bouge au niveau politique.

Pour en savoir plus sur l’écoanxiété :

Alors, je fais quoi?

Blogue

C’est bien LA question qui me revient constamment en tête depuis des mois. J’ai l’impression d’avoir « écolo imparfaite » étampé sur le front et que ça me nuit (peut-être indirectement) quand j’essaie de faire autre chose qui n’a aucun lien avec l’environnement. Je sais pas comment me distancer de cette étiquette-là sans la renier non plus. Parce que j’en suis fière, mais je suis plus que ça.

Arrêter de bloguer? Oui et non.

Je m’explique.

Après plusieurs mois de réflexion, j’ai décidé de prendre une vraie pause de mon blogue et tout engagement lié à celui-ci (partenariats, conférences, entrevues médiatiques et étudiantes, etc.). Ç’a été une décision extrêmement difficile à prendre, mais y faut c’qui faut.

Avec ce blogue (et toutes les opportunités qu’il m’a apportées), vous ne pouvez pas vous imaginer à quel point je suis sortie de ma zone de confort ces cinq (presque six!) dernières années. Ce fut un excellent exercice et je suis contente d’avoir osé. Ça m’a permis de connaître mes limites, et maintenant je dois les respecter.

Cela dit, je vais garder le blogue en ligne pour le moment. Si l’envie me prend, je mettrai certains articles à jour au besoin et en écrirai de nouveau si je sens que j’ai quelque chose d’intéressant à partager (spoiler alert : j’pense pas que ça va arriver souvent).

Réseaux sociaux

J’ai déjà commencé à prendre une certaine distance en quittant mon rôle d’administratrice du groupe Zéro déchet Montréal sur Facebook en septembre dernier. Depuis, je ne consulte même pas le groupe une fois par mois, et grand bien me fait (le sujet de la litière qui revenait tous les jours ou presque était en train de me rendre folle).

Sinon, j’ai finalement pris la décision de ne plus avoir de présence sur les réseaux sociaux pour le blogue. La raison : c’est devenu plus frustrant que plaisant.

  • Ma page Facebook ne sera (officiellement, haha!) plus active à partir de maintenant.
  • J’ai décidé de retourner à un seul compte Instagram (@_juliegagne) en octobre dernier, mais les publications à saveur écolos ne seront définitivement pas à l’honneur.
  • Je ne suis plus active sur le compte Pinterest du blogue depuis longtemps, mais je ne prévois pas le supprimer pour l’instant.

Pas la peine de mentionner Twitter : je m’en sers pratiquement jamais et j’ai pas vraiment de monde qui me suit là anyway! 😉

Tout le mois d’avril, je prends un congé forcé (par moi-même, haha) de réseaux sociaux. Ça fait longtemps que j’y songe, mais je n’osais pas à cause du blogue. Maintenant que j’officialise que je prends un break d’Écolo imparfaite, c’est le meilleur moment!

Recevoir les mises à jour et nouvelles publications

Si je n’utilise plus les réseaux sociaux, comment vous avertir des mises à jour et des nouvelles publications, surtout qu’elles seront plus rares? Voici ce que je vous propose :

  • Abonnement au blogue via courriel (voir dans la marge droite)
  • Feedly ou autre lecteur de flux RSS (mais je propose Feedly parce que c’est ce que j’utilise et en suis très satisfaite)
  • Instagram (je vais les annoncer dans mes Stories… si je décide de recommencer à utiliser les réseaux sociaux après ma pause)

J’ai songé à créer une infolettre, mais ça ne m’intéresse pas de mettre du temps là-dessus.

Bref

Avoir un blogue vivant, ça demande énormément de temps et c’est du temps que je préfère désormais mettre sur d’autres projets. J’ai plusieurs idées en tête, mais je ne peux pas tout faire en même temps avec la même attention. De plus, j’ai commencé un processus d’orientation professionnelle, alors je souhaite y consacrer le plus de temps possible.

Je laisse donc mes collègues de l’Association québécoise zéro déchet, Mélissa, Laure, Cindy, Amélie et Les trappeuses (pour ne nommer qu’elles) continuer le travail de sensibilisation auprès des Québécois(e)s. J’ai fait ce que j’ai pu, mais j’ai VRAIMENT besoin de faire (et surtout penser à) autre chose.


Pour les lecteurs et lectrices de longue date : Merci d’avoir participé à la croissance du blogue et pour les échanges qui m’ont permis d’être où j’en suis dans mes démarches aujourd’hui! <3

Pour les nouveaux et nouvelles : Sorry… not sorry. Vous avez probablement assez de lecture d’ici à ce que je publie du nouveau. Vous pouvez aussi aller jeter un œil à la page Ressources : des heures de lecture et de vidéos/documentaires vous attendent! 😉

À bientôt (peut-être)! ✌

Julie

NB : Juste pour être claire : non, c’est pas un poisson d’avril d’avance.

8 Comments

  1. Marie 4 avril 2019 à 12 h 50

    Bonjour,

    Quelques mots pour te mentionner que j’aime lire ton bloque pour tes réflexions et ton style d’écriture. Le sujet importe peu, en autant qu’il t’intéresse (et que tu aies envie d’écrire).

    Je te souhaite une bonne journée!

    Répondre
  2. Magaly M. 31 mars 2019 à 20 h 20

    Julie,
    J’ai lu ton texte et je te félicite de t’écouter, de ne pas te perdre…. c’est si important !
    Je comprends que la bonne volonté et l’enthousiasme ne peuvent nous nourrir suffisamment (tant financièrement que mentalement).
    En tous cas, j’ai trouvé ton idée d’écrire et de faire parler d’autres au sujet des efforts que nous faisons pour être des écolos malgré nos imperfections absolument fantastiques ! J’ai trouvé ça inspirant et m’a permis de me pas se sentir « seule ». J’ai été très heureuse de faire parti du club des écolos imparfaits !!!!

    Bien sur, nous sommes très sollicités par toutes sortes de groupes, blog, boutiques, marketing, informations, salons, événements…. et au final on survole trop souvent les sujets sans toujours comprendre l’impact sur ceux qui font le travail derrière. De mon côté, je dois travailler sur une décroissance d’information…. car je suis en saturation moi qui rêve de simplicité !

    Je te souhaite de prendre bien soin de toi et une belle orientation professionnelle.
    Tu as fait du bien, gentil colibris, avec ton blog et tes mots.

    Répondre
    1. Écolo imparfaite - Auteure 1 avril 2019 à 11 h 36

      Salut Magaly,

      Heureuse de voir que l’objectif des Portraits d’écolos imparfait(e)s ont atteint leur objectif avec toi. Et merci! 🙂

      Répondre
  3. Camille 31 mars 2019 à 13 h 23

    Bonjour Julie,
    Merci infiniment pour tout ce que tu as apporté sur la blogosphère zéro déchet. Je te suis depuis le début depuis Orléans en France. Tu es l’une des personnes avec Natacha des Échos verts à m’avoir donné l’envie de me lancer. Ainsi Zéro Déchet Orléans est né!
    Bonne continuation dans ta nouvelle vie professionnelle et encore merci.

    Répondre
    1. Écolo imparfaite - Auteure 1 avril 2019 à 11 h 32

      Salut Camille,

      Oh, merci! Bonne continuation à toi aussi. 🙂

      Répondre
  4. Irène 31 mars 2019 à 11 h 44

    On peut toujours te retrouver sur Instagram alors ?
    Je comprends tout à fait ton sentiment, et il faut se préserver aussi. On a de nombreux moyens d’agir, de militer ailleurs qu’en ligne aussi (ou de faire une pause militante parfois c’est important d’ailleurs).
    J’ai mis assez longtemps à identifier ce que je voulais faire ou pas de mon blog de mon côté, et finalement j’ai choisi de ne pas y mettre du tout de conseils pratiques, et qu’il n’y ait aucun lien avec l’achat de produits quels qu’ils soient (à l’exception des livres peut-être). Donc comme ça, ça reste un blog d’opinions et je n’ai pas vraiment de pression à la publication. Mais je vois bien qu’il y a de gros dilemmes pour les blogueuses écolo que je suis.
    Au plaisir d’échanger en tout cas, et je suis sûre que ton blog a été utile à plein de monde 🙂

    Répondre
    1. Écolo imparfaite - Auteure 1 avril 2019 à 11 h 31

      Salut Irène!

      Merci! Oui, je vais encore être un peu active sur Instagram, mais je prends une pause de réseaux sociaux en avril. 😉

      Répondre

Commentaires ou question?

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *