Ce mois-ci, je vous présente Constance, alias La Planneuse sur le web, d’Angers. 🙂

Constance.

Qu’est-ce qui te motive à agir contre les changements climatiques?

Mes motivations en matière d’environnement sont liées à la réduction des déchets, du gaspillage alimentaire, la protection de la faune et de la flore, et, de manière générale, à consommer autrement.

Ton défi personnel (du moment ou à long terme)?

Mon défi personnel depuis deux ans est d’atteindre le « zéro déchet ». Le zéro absolu n’existe pas, car il y a toujours des déchets indirects, mais mon défi est de m’en approcher autant que je le peux. Dans ma ville, chaque habitant produit 183 kg d’ordures ménagères résiduelles par an. Pour cette année, j’en ai produit 14 kg.

Qui t’inspire (personne(s) et/ou projet(s) écolos)?

Je ne suis pas une groupie, ni une écologiste politique, ni une activiste.
Béa Johnson a été mon meilleur modèle, puis des blogueurs (ex : Famille zéro déchet) et des Youtubeurs (ex : Le corps la maison l’esprit). L’encyclique du Pape François sur l’environnement a été une magnifique lecture et une vraie révélation. Ceux qui m’inspirent sont aussi les gens « normaux », engagés dans une démarche comme moi. C’est une communauté qui s’entraide et partage, chacun à son niveau.

Quel est ton plus grand obstacle à ce jour?

Les autres. Dans le sens où dans ma maison et mon quotidien, j’ai réussi à faire évoluer mes pratiques. Mais ça se complique lorsque je sors de chez moi, si je vais chez des amis, de la famille, en voyage, quand on reçoit un cadeau, etc. J’essaie d’expliquer ma démarche, mais je n’impose jamais. Il est vrai que souvent, je ne dis rien et j’abandonne provisoirement mes principes. Je m’adapte aux autres quand je suis chez eux, tout comme je demande à ce qu’on respecte mon mode de vie chez moi.

Et ta plus grande fierté/réussite à ce jour?

Mon minimalisme. Je suis passée d’un intérieur surencombré à juste ce dont j’ai besoin. Il m’a fallu près d’un an pour y arriver. Encore aujourd’hui, je continue de donner/revendre des choses. Je suis aussi devenue minimaliste en voyage. D’un sac de 60 L, je suis passée à un sac « cabine » pour voyager un mois. Et ça fait un bien fou.

À ton avis, pourquoi est-il important de protéger l’environnement?

Je reviens d’Indonésie, où j’ai vu un monde de plastique, où les gens n’ont aucune conscience environnementale, jettent à tout va, sans penser un instant aux conséquences. J’ai vu ça à Bangkok aussi, au Moyen-Orient aussi. Et je suppose qu’il est ainsi dans de nombreux pays dans le monde.
Je fais ma modeste part pour l’environnement pour ceux qui ne la font pas.

Qu’est-ce qui fait de toi une écolo imparfaite / qu’est-ce que tu pourrais améliorer?

Je suis une écolo très imparfaite! Il y a des produits emballés que je consomme encore, car j’ai du mal à m’en passer. Aussi, je commande beaucoup sur Internet, ce qui génère des emballages (que je réutilise!), sans compter le transport. En voyage ou en famille, il y a trop de choses auxquelles je ne dis pas « non » alors que je devrais.

Où peut-on te suivre dans tes démarches?

Je parle voyage et (un peu) d’environnement sur laplanneusesupertramp.fr.

***

Vous voulez aussi participer au projet? Tous les détails sont par ici!

Commentaires ou question?

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *